AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BG des Saxons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cocokuramoto



Messages : 2
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: BG des Saxons   Sam 14 Jan - 0:41

✠Saxon Motocycle Club✠

C'est dans les années 1960, après la second guerre mondiale et au début de l'American way of life, qu'un groupe de vétérans s'est réunis autours de valeurs et de préceptes de Bikers, partageant une fraternité sans égale et une passion pour les grosses cylindrés à deux roues. Fondé à Jersey City (New jersey) les Saxons, ou plus couramment nommés "Saxs", eurent vite fait de passer la ligne blanche et s'attirèrent les foudres des autorités. A l'instar des Hell's Angels (L.A.) et autres Son's of Anarchy (Californie) ces criminels en tout genre sont considérer comme hors la loi. Ce statut n'empêcha pas l'expansion du MC aussi bien sur le bitume US que sur l'archipel Nippon (l'installation des base militaires au japon permettant d'avoir un pied parmi les Bosozoku locaux)

Cinquante ans passèrent, laissant les Sax proliférer et s'offrir une place de choix, jusqu'en 2010, année où la crise économique n'épargna rien ni personne. Ce qui posa le plus de problème aux MC disséminés a travers le monde ce fut l'inflation du baril du pétrole et comme les bécanes ne roulent pas par opération du saint esprit, ils durent trouver une solution: modifier leurs activité afin de pouvoir flamber sur l'asphalte. Avant-gardiste en matière de débridage, tunning et maitrisant la technologie du Hoovering, c'est en dépouillant les casses et autre tas de ferrailles laissé a l'abandon, qu'il purent développer des deux roues next gen en partie hybride. Profitant de l'inflation du pétrole pour se faire une généreuse marge dessus, les routes voyant défilés ses motards à bord de leur nouveaux bébés de compet', siphonnant le moindre réservoir pour en taxer le si précieux liquide et revendre l'excédent ensuite.

Réservoir plein, et ayant sans doute peur de s'ennuyer une fois la crise passé, les Saxs investissent le marché de l'armement, refourguant les armes des pays européens. Bénéficiant d'un accord avec les dockers sur le ports, c'est au nez et à la barbe des autorités que les lourde caisses circulent sans encombre. Ces Mc Gyver du dimanche en profite pour rajouter quelques accessoires sur leur monture. Bienvenue en Death Race sauvage où le feu rouge sert juste a donné le départ et où tout les coups sont permis.

Figurant toujours en liste noirs parmi les autorités du pays, c'est a New-York que les têtes pensantes des Sax décidèrent de se racheter une bonne conduite: L'alerte terroriste déclenchés quelques mois plus tôt laissèrent la ville a feu et a sang. Les quelques citoyens restés sur place malgré la panique général essuyèrent pillages, viols, meurtres devant des forces de l'ordre débordés. Prenant le parti de débarrasser le quartiers des esclavagistes, vandales, pillards, meurtriers et autre raclure sans foi ni loi, les honnêtes citoyens leur collèrent l'étiquette de bon samaritain avec mention! Mais les raclures chassées a coup de pneu n'étaient pas toutes indépendantes et certaines d'entre eux appartenaient à de solides gangs déjà installer en ville. Inutile de préciser que ces organisations n'organisèrent ni de pendaison de crémaillère , ni de barbecue de bienvenue. Le président désigner pour cette branches des Saxons, étant natif de Westchester, c'est donc tout naturellement qu'ils s'installent non-loin de là, au Bronx.

Bar et garage plein de cambouis en guise de fief, le choix n'est pas fait par hasard, la Red Zone offrant un charmant climat pour le business illégal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iriam

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 28/12/2011

MessageSujet: .... 2075, nouveau chapitre    Mer 18 Avr - 16:23


Les Raiders/Bikers

Leur QG se trouve au Maze, en basse redzone où ils tiennent non loin un garage. Le Maze est un bar/salle de concert underground à plusieurs accès – tous gardés par des gars pas commodes- qui possède deux niveaux. Au second niveau se trouvent des piaules de dépannage des têtes de l’organisation.

Le Maze désemplit rarement, l’agitation et le bordel sonore y sont ambiants. Si vous y retournez plusieurs fois vous remarquerez souvent de mêmes têtes, mais au moment où vous vous en rendrez compte, vous pourrez être sûr qu’eux vous ont repéré dès la seconde où vous êtes entré la première fois. Et ils ont l’œil sur vous. Aussi, si vous vous ramenez avec un style de furyo et de « petite frappe efféminée de redzone » vous risquez de vous faire chambrer méchamment. Du rock vieux d’un siècle passait en continu dans les enceintes, matos de récup ayant trôné dans les festivals du début du siècle. Le maze entier était une sorte de lieu hors le temps, comme leur matos, comme leur bécanes, mélange de retape et de custom modernisé, de même que leur état d’esprit. Ils sont soudés par le fer et par le sang, touchez à un seul vous touchez au MC club en son entier : malgré leur apparence bourrue et coke’n roll, ils sont très organisés et ne sont pas des complètes brêles avec les technologies de leur temps : la preuve ils dépotent en ingénierie du carburant…


Il était rapporté qu’en « Basse redzone », là où se réunissaient les réac’ et les laissés pour compte des hautes technologies, les transmissions de données identitaires seraient brouillées, de même que les transmissions émanant des constellations satellitaires en basse orbite au-dessus de la côte-Est. Seules les informations câblées peuvent y circuler, ce qui implique d’être « branché » pour communiquer. Les terminaux de communication portables, les traceurs, le Wi-LAN 900 (Wi-fi en 2075) ne fonctionnent pas, comme sous l’emprise d’une tempête magnétique. Toutefois, ce n’était pas un endroit où les serfs domestiques et criminels en réinsertion se précipiteraient sans réfléchir. La zone était régulée et investie par des types en bécanes, vieux modèles ou hoovering, board volantes en carcasse de récup couplé à des matériaux dernier cri, peu-importe et ils n’avaient rien de philanthropique dans leur mode de vie. En redzone on les nommait les « raiders », car on ne les croisait jamais le pied à terre, et il était tout le temps en « course ». Pacifiste de base, marchands d’armes anciennes par économie et passion, de cocaïne importée et de cigarettes papiers venant du Paraguay pour les mêmes raisons.

Leurs véhicules custom fonctionnent à l’hythane+, mélange de gaz synthétique et d’hydrogène. L’acheminement d’hythane en Redzone est sévèrement contrôlé et les oléoducs principaux qui traversent le BronX sans n’avoir aucun débouché dans la zone. Donc, c’est un mélange maison que les « bikers » ou raiders trafiquent ?
Le hoovering est rendu possible par un mélange de protoxyde d’Azote et à d’alénomium, gaz de synthèse cheros qu’ils se procurent en échange de bon services de planque pour quelques rares et riches industriels : la Low red du BronX est un endroit où certains font planquer leurs hommes de main inculpés pour les cacher des services spéciaux le temps « d’éclaircir » ou de « « cleaner » leur casier et dossier.

Quant à l’hythane, ils le « volent » littéralement en piratant les convois longue distance de surface, lorsque, traversant les no man’s land désertiques des States, les groupes de bikers armés et volants attaquent les blindés sur les « rails ».
Les raiders ont des contacts en offzone d’Uruguay et du Panama, avec des colonies d’outlaws qui travaillent d’arrachepied pour gagner leurs thunes et rester coupés du monde et de la surface du globe : les munitions de l’ancien monde sont fabriqués là-bas, rien n’a changé par rapport au début du XXIème siècle, à l’ancienne, tel le business des Son’s Of Anarchy.

Ils se sapent à l’ancienne, croisement de Mad Max et de Hell’s Angel, souvent vieux jeux, ils tapent pas dans les culs de mecs pour satisfaire leur besoin comme les redzoniens habitués aux pénuries de femmes en ces simili- « zones carcérales ». Ils ont leurs femmes et savent les tenir avec plus où moins de respect. La rareté n’est pas toujours propice à être traité comme un objet précieux, malheureusement.

Ils tapent dans les drogues traditionnelles : essentiellement nicotine et cocaïne, pas en stick électronique, non, ils font de la contrebande de clopes papier, sachant qu’un paquet démarre à 150$ pièce. La seule drogue technologique qu’ils approuvent est l’opiolite Mais encore, les anciens râleront. La moyenne d’âge est ici plus élevée qu’en Redzone, les « anciens » se trouvent souvent parmi les riders. Mais ils doivent dealer avec la « fougue » de leurs jeunes. Ce ne sont pas des « redneck » à l’étroitesse d’esprit, ce sont des militants pour un monde libre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BG des Saxons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Yaouch] Les SAXONS ROUGE
» Vickings/Normands/saxons Darkness
» Saxons, angles et jutes
» [Vente] Figurines 28mm Saxons de wargames Factory pour SAGA
» Comitatus Figurines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CASIER JUDICIAIRE :: LES SAXONS-
Sauter vers: